Logement social : plus de 3 000 refus à Paris

A Paris, la liste d’attente des demandeurs de logement social est longue. Il faut en moyenne 7 ans pour se voir attribuer un logement. Néanmoins, après avoir longuement patienté, ce ne sont pas moins de 3 000 personnes qui ont refusé le logement proposé par la mairie. Comment expliquer ces refus, alors que 120 000 personnes sont dans l’attente d’un logement social ? Explications.

Des logements sociaux Parisiens

Chaque semaine, une commission se réunie au sein de la mairie de Paris. Ces élus et fonctionnaires doivent alors attribuer une trentaine de logements sociaux. Ils étudient avec soin les candidats dans leur liste. Ils leur proposent ensuite un logement, allant du T1 au T5. Ces biens immobiliers sont essentiellement situés dans le Nord Parisien.

A la surprise générale, 3 000 personnes ont refusé le logement qu’il leur a été proposé. Certains affirment avoir des raisons valables. Et pour cause, Madame Chabrol, demandeuse sur liste d’attente depuis 8 ans, a refusé la proposition de la mairie. L’appartement, situé dans un HLM du 19ème arrondissement, ne lui inspirait pas confiance.

« Il faut se pousser sur le trottoir parce que les habitants jettent leurs détritus, les imprimantes et tout ce qui ne leur plaît pas par les fenêtres. Par terre il y avait des seringues […] L’ancienne locataire était partie en urgence parce que le plafond (de l’appartement) s’était écroulé sur elle. » Déclare-t-elle.

Pour d’autres, les raisons de leur refus sont multiples :

  • Pas d’ascenseur
  • Loyer trop élevé
  • Pas de parking
  • Logement trop petitv

Certains, dans des circonstances plus rares, avancent des propos plus insolites :

  • Il n’y a pas de pièce pour mon chat
  • Les enfants de l’école en dessous font trop de bruit
  • Il n’y a pas de terrasse

Pour Ian Brossat, adjoint à la mairie de Paris, ces refus ont une explication. Selon lui, une légende urbaine voudrait que chaque demandeur de logement social ait droit à 2 ou 3 propositions d’HLM. C’est faux.

« Beaucoup de gens ne sont pas conscient de la tension qui existe sur le logement social. Et beaucoup de gens pensent que lorsqu’on a une proposition de logement, on en aura deux autres. Or, ce n’est pas le cas du tout. » Affirme-t-il.

Bien que 120 000 personnes soient encore dans l’attente d’une attribution, la mairie semble vouloir limiter les refus. Pour se faire, elle vient de créer un site internet de petites annonces de logements HLM. Les candidats peuvent directement postuler pour leur appartement préféré. Néanmoins, les logements proposés ne correspondent pas à la demande : trop grands, loyers plutôt élevés… Pour en finir avec ces refus, la mairie le sait, il faudrait revoir en profondeur la procédure. Tout comme les dernières législations des logements sociaux en 2018.